Installer du WiFi de qualité dans ses ateliers mécaniques et/ou carrosseries

La question du wifi, et plus précisément d’avoir un wifi de qualité dans sa concession est apparue déjà depuis plusieurs années maintenant. Ainsi, de nombreux concessionnaires automobiles ont depuis installé le wifi plus spécifiquement pour les besoins de la distribution d’automobiles : pour le salon d’attente des clients, pour la réception des véhicules ou tout simplement pour les besoins des commerciaux.

Le déploiement d’une solution wifi est alors assez simple. Un seul routeur du commerce peut suffire dans bien des cas, en émission 2,4Ghz/5Ghz reliée ou pas au LAN (Local Area Network = réseau local) du garage ou de la concession en fonction de sa perception au risque. Le distributeur automobile peut aussi ajouter un niveau de protection avec une simple clé WPA. L’architecture ressemble alors assez à celle que tout un chacun possède à son domicile avec sa box internet, lien au LAN (réseau local) en plus. 

Les besoins de connectivité dans les ateliers mécanique surtout mais également ateliers carrosserie ont poussé certains garages et concessions à reproduire la même architecture à l’intérieur de ces mêmes ateliers quand les valises de diagnostics se sont mises à avoir des besoins de descentes et de remontées de données plus importants.

Là, la situation se complique sur trois dimensions :

  • les probabilités d’interférences augmentent,
  • les accès internet se multiplient,
  • les équipements en baie techniques s’empilent. 

Nous allons revenir sur chacun de ces points afin de bien exposer les enjeux et proposer une méthodologie ensuite.

Le sujet des interférences

La bande de fréquence 2,4 Ghz est celle qui historiquement est la plus répandue en wifi, elle permet une émission théorique à 100 m de distance et la bande est partagée en disons 13 canaux. Elle présente un avantage, c’est que les récepteurs (tablettes, valises, imprimantes etc) sont forcément compatibles avec cette fréquence. Les puissances d’émissions sont également limitées sur le plan sanitaire, donc finalement tous les acteurs qui vont émettre vont jouer sur un même stade des parties différentes. Seul, il pourra jouer son match de foot sur le terrain entier, à deux, ils joueront sur des moitiés de terrain, à trois c’est un peu la limite, le terrain sera encore divisé, ensuite ça devient un peu le cafouillage, chaque équipe de joueur gênant les autres dans leurs matchs. Multiplier les box wifi revient donc à multiplier les équipes jouant sur un même stade. Attention, cela est sans compter les invités surprises comme les imprimantes multifonctions qui sont livrées avec le wifi ON et viennent donc s’inviter dans le match de foot ou même les voisins dont les box internet diffusent également du wifi par défaut (ou pas) et viennent aussi s’inviter dans la partie. Plus on est de fous, moins il y a de riz à la fin !

Pour cela, les ingénieurs wifi ont inventé le 5Ghz. Sur cette fréquence, la bande est plus étalée, ou pour continuer sur ma précédente image, il y a plusieurs stades de foot les uns derrières les autres. Donc plus de matchs peuvent se tenir dans de bonnes conditions en simultanée. Petite précision quand même, la distance d’émission est de 10m max théorique, au lieu des 100m du 2,4Ghz. On ne peut pas gagner sur tous les tableaux non plus ! C’est un wifi où finalement il ne faut pas être trop loin de la borne wifi ou du hotspot et il ne faut pas trop bouger non plus, sinon ça va couper-marcher-couper-marcher etc. Dans le secteur de la réparation et de la distribution automobile, nous conseillons le 5Ghz surtout pour la salles des rapports, salles de réunions ou les bureaux. 

Encore deux petits points sur ces fréquences, le 5Ghz permet un débit environ deux fois supérieur au 2,4Ghz, c’est donc un point qu’il faudra prendre en compte en fonction des utilisations visées. Mais en retour, le 2,4Ghz passe mieux les obstacles que le 5Ghz, le signal wifi est un signal électromagnétique très fragile qui s’atténue rapidement. C’est également un point à prendre en compte en fonctions des ateliers mécaniques ou atelier carrosserie où  hotspot (borne wifi) et wifi controller (controleur wifi)  seront installés. Vous trouverez un article détaillé sur les différences de fréquences 2.4Ghz/5Ghz ici.

Lors de nos audits de couverture de garages et de concessions – réparateurs ou distributeurs automobile – avant implantation, le point des interférences et un élément essentiel que nous regardons en priorité et en profondeur qui peut réserver de nombreuses surprises et il est souvent utile de faire des heatmap SIR (signal-to-interference ratio = signal sur interférences) afin d’anticiper ce que ce que les anglo-saxons appellent le troubleshooting overlapping channels et non pas seulement des heatmap SNR (signal-to-noise ratio = signal sur bruit). L’analyse du SNR suffisait il y a encore quelques années mais est devenu insuffisant avec la multiplication anarchique des bornes wifi un peu partout.

Au sujet des box internet 

Souvent, en voulant reproduire ce que l’on connaît à la maison, nous ajoutons des abonnements Internet et en conséquence des box internet dans la baie technique. Il y a une box internet pour les équipements côté commerce, une box internet pour le côté atelier, une box internet pour la vidéosurveillance, une box internet parfois aussi pour le DMS et bien d’autres. Sans parler du coût, cet empilage nui bien sûr au bon fonctionnement global, sans parler de la sécurité, bien qu’elles soient souvent aussi associées à un ou plusieurs des pares-feux. L’optimisation et la gestion de l’accès Internet (WAN pour Wide Area Network) est aussi essentiel pour un projet réussi. 

Au sujet de la baie technique

La conséquence logique de ces multiplications d’équipements est l’apparition de câbles entre chaque box internet et pares-feux (Câbles Ethernet ou RJ45) donnant à la baie à la fin, l’air d’un plat de spaghetti, en peu ragoutant. Sans compter, qu’il faut y ajouter des switchs, des équipements divers comme les NAS, contrôleurs wifi, serveurs, écrans etc. Plus il y aura de câbles Ethernet, plus les possibilités de pannes seront importantes.

Que faire alors ? Et quels réflexes avoir ?

L’atelier d’un garage et d’un distributeur automobile se ressemblent à priori assez, bien que sur des tailles différentes. Nous y trouvons un espace accueil des véhicules, un espace avec un ou plusieurs ponts élévateurs, possiblement des espaces pour la géométrie 3D, les marbres lasers etc

Premièrement, il faudra déterminer les équipements de l’atelier à connecter en wifi ainsi que les zones où il faut absolument que le réseau capte bien : valise de diagnostics autour des ponts élévateurs par exemple.

Un audit de couverture wifi est alors nécessaire pour savoir précisément où installer les bornes wifi dans le garage ou les ateliers de la concession automobile. Particulièrement dans un atelier mécanique, il faut prendre en compte les changements de ‘décors’. En effet, plus il y aura de véhicules avec du métal donc, entre la borne wifi et la valise de diagnostic, plus le signal sera atténué et les ponts élévateurs automobile viennent encore changer le ‘décor’ non plus en 2D mais en 3D ! L’audit wifi devra être réalisé avec une borne de test et avec les logiciels de réalisation de heatmap wifi adéquats. Les atténuations mesurées devront être assorties avec des marges de sécurité de 10dB.

Un échange avec le chef d’atelier ou le responsable après-vente est indispensable afin que le consultant réalisant l’audit de couverture ait bien les différents ‘décors’ possibles en tête lors de ses prises de mesures. Même si les ‘décor’ en apparence en atelier mécanique se retrouvent souvent de façon identique d’un atelier mécanique à l’autre, j’ai pour ma part rarement vu des situations au final identiques en terme d’emplacement des bornes wifi, chaque atelier mécanique à ses spécificités et ses usages.

Au final, quand même, sans trop nous tromper, nous pouvons émettre quelques hypothèses générales. Dans un garage type réparateur automobile, deux bornes wifi à minima sont souvent nécessaires pour une couverture efficace de l’atelier mécanique. Même si une peut paraître suffisante, il faut toujours en prévoir deux, le seconde intervenant, pas uniquement en amélioration de la zone wifi à couvrir mais également en redondance de la première. Pour les ateliers des concessions, tout va dépendre de la taille de l’atelier mécanique, s’il y a aussi une partie carrosserie. D’ailleurs pour la carrosserie, les cabines de peinture peuvent parfaitement être connectées sur le réseau wifi et administrées par le contrôleur wifi en baie technique pour leurs mises à jour. Par exemple via un répéteur wifi paramétré sur le ssid atelier. Tout va dépendre de la distance d’avec la borne wifi. La cabine de peinture étant statique (enfin normalement ☺), le signal restera de qualité constante. En fonction de la distance à la borne wifi, il peut même être très pertinent de passer en 5Ghz uniquement pour une stabilité plus forte du signal wifi. Tout ces points sont analysés lors de l’audit de couverture wifi avec le chef d’atelier ou le responsable après-vente. Attention de bien choisir un répéteur extérieur (afin de résister au mieux aux environnements poussière des ateliers carrosserie), plusieurs modèles sont possibles, nous préconisons par exemple le TP-Link EAP110-Outdoor Point d’accès extérieur Wi-Fi N 300 Mbps. 

Dans des ateliers mécaniques avec de la surface et de nombreux ponts élévateurs, nous préconisons de ne pas lésiner sur le nombre de bornes wifi, les heatmap wifi risquent de varier régulièrement et la délimitation des zones à couvrir ainsi que des équipements de garage qui accéderont au wifi seront indispensables.

Un mot sur le contrôleur wifi (ou wifi controller) ; celui-ci est indispensable de notre point de vue, empiler les bornes wifi sans contrôleur wifi c’est maximiser les risques : risque de couverture wifi dégradée, d’interférences (signal SIR maximum) non gérées, de micro-coupures entre les bornes wifi, et de sécurité. Il faut donc envisager un contrôleur wifi en baie technique, derrière un pare-feu, lui-même derrière l’accès à internet (WAN) et une série de bornes wifi toutes reliées à ce contrôleur ou un switch réseau dédié. Ce qui veut dire qu’il faudra des accès RJ45 (Ethernet) entre le contrôleur wifi en baie technique et la borne à l’emplacement que les heatmap wifi auront définies. Si ce câblage Ethernet n’existe pas, il faudra donc le prévoir (Cat 6 à minima). 

Enfin les bornes wifi devront être placées en hauteur mais pas trop, 2,50m à 3m afin d’avoir une couverture à la fois optimale, le signal wifi décrivant sur la majorité des bornes wifi une sphère (signal omnidirectionnel) tout en restant accessible en cas de contrôle à effectuer ou de changement de matériel wifi. Il ne faut surtout pas poser au sol les bornes wifi ou même les ranger dans un placard pour les rendre discrètes. Eventuellement un faux plafond, après une étude de couverture peut convenir. Les bornes doivent être fixées au mur ou sur un rail de faux plafond pour une diffusion optimale à environ 2,50m à 3m de hauteur donc.

Dans un atelier mécanique avec, mettons 3 ponts élévateurs en parallèle, nous pourrions préconiser donc pour les accès valises de diagnostic, une borne wifi entre chaque pont élévateur, ce qui donnerait 3 à 4 bornes wifi en fonction de la disposition de l’atelier mécaniques et des besoins de connectivité des valises de diagnostics.

L’alimentation des bornes wifi se fait par POE (Power Over Ethernet), donc par le câble Ethernet lui-même, pas besoin de prévoir de prises électrique supplémentaires (uniquement en baie technique). Ce point permet par exemple de prévoir un passage de câble ethernet en hauteur avec 3 à 4 sorties RJ45 aux bons endroits. 

Le parti pris que nous avons sur les ateliers mécaniques est de privilégier le 2,4Ghz au 5Ghz pour les raisons de portée du signal que permet le 2,4Ghz par rapport au 5Ghz et de capacité du 2,4Ghz à franchir les obstacles par rapport au 5Ghz. Sans compter également le fait que les outils des mécaniciens automobiles (valises de diagnostic, tablettes etc) sont mobiles et qu’une portée wifi trop faibles pourrait générer des micro-coupures à répétition. 

En conclusion, pour l’atelier d’un réparateur automobile, deux bornes avec un contrôleur wifi permet de couvrir une majorité de besoins sous réserve d’une pose des bornes wifi à environ 3m de hauteur. Une étude de couverture wifi reste néanmoins utile. Pour les ateliers mécaniques des distributeurs automobile, un échange sur les zones de couvertures visées avec le chef d’atelier ou le responsable après-vente est un préalable nécessaire. Une densification des bornes wifi est aussi à privilégier dans les environnements pollués par d’autres signaux du voisinage. Une étude de couverture permettra aussi de répertorier le signaux présents sur le site et le cas échéant de les réduire ou de les ajouter aux ssid pouvant être diffusés par les bornes wifi afin de limiter alors les interférences.