Comment bien implanter ses bornes dans un atelier

Lorsqu’il s’agit d’améliorer la couverture Wi-Fi de votre atelier, il est facile de penser qu’un équipement supplémentaire résoudra tous vos problèmes de connexion sans fil. 

Dans une certaine mesure, c’est vrai, et un nouveau routeur mesh ou un répéteur Wi-Fi pourrait être une des solutions. Mais la première chose à se demander est de savoir si vous obtenez vraiment toutes les performances que vos bornes ou autres équipements ont à offrir.

Notre expérience chez nos clients nous apprend que dans la plupart des cas, une optimisation du placement de vos équipements mène à des résultats significatifs, c’est-à-dire une élimination efficace de vos points morts et une meilleure connectivité globale. 

En résumé, vous n’avez pas besoin de nouveau matériel, mais vous devez mieux placer vos bornes déjà présentes.

En éliminant les sources d’interférences et en trouvant une position optimale pour vos bornes, vous pourrez être sûr d’obtenir les meilleures performances en termes de connectivité. 

Voici sept conseils détaillés afin d’obtenir le meilleur de votre équipement wifi en place.

1. Ne cachez pas votre borne, préférez une position centrale 

Un signal ne se diffuse pas que dans une seule direction. Cela ressemble plus à des ondulations dans l’eau et sous forme sphérique, avec la borne au point central et la couverture réseau autour vers l’extérieur. Si vous avez placé votre borne dans un coin éloigné de votre atelier ou si vous l’avez installé à une extrémité, vous réduisez probablement de moitié votre couverture utilisable.

La position idéale pour une borne est donc dans un emplacement central. Que ce soit avec une ou plusieurs bornes, le plus important reste la zone qui sera couverte.

2. Attention aux murs et aux obstacles (barres métallisées décoratives etc)

Les ondes voyagent mieux en plein air. La situation idéale serait d’avoir une ligne de vue directe entre votre borne.

Heureusement, la plupart des matériaux de construction laisseront toujours passer un signal Wi-Fi – les poutres en bois et les cloisons sèches ne perturberont pas trop le signal, pas plus que le verre (sauf si il est mélangé avec du métal comme c’est la cas actuellement pour certains verres à vocation écologique). Les cloisons métalliques, dans certains cas, peuvent même améliorer le wifi, grâce à leurs caractéristiques réfléchissantes. 

Cela dit, vous devriez tout de même essayer de réduire au minimum le nombre de murs entre votre appareil et votre routeur car les matériaux plus denses, comme le béton ou la brique absorbent bien plus les ondes que le bois ordinaire et les cloisons sèches. 

Si vous connaissez l’emplacement des murs porteurs, ce sont eux qui endommageront le plus votre connectivité, et il faudrait, idéalement, les contourner.

Il en est de même pour toute personne qui penserait placer sa borne dans un placard ou la ranger derrière un autre objet, cela aura un impact négatif sur les performances du WiFi, car vous l’entourez de matériaux destructeurs de signaux.

bien placer sa borne wifi

3. Les antennes

Une fois que vous avez positionné votre borne, vous pouvez également prendre en compte les antennes de cette dernière. En effet le Wifi reste une onde électromagnétique, et même si la taille s’est grandement réduite ces dernières années, il faut tout de même une antenne d’émission pour la transmettre vers vos appareils. C’est comme un vieux poste de radio, parfois quelques centimètres d’écart suffisent.

Pour commencer, il faudra faire attention à l’orientation de la borne. Les antennes internes sont prépositionnées pour fournir une couverture optimale, mais le rejet de l’angle du routeur peut annuler cela.

Et bien que vous ne puissiez pas faire grand-chose d’autre pour positionner une antenne interne, les antennes externes peuvent souvent être ajustées. Chez Citypassenger, nos consultants réseaux vous aideront à trouver le meilleur angle pour optimiser un maximum votre couverture et à lever les doutes sur les zones les plus difficiles ou bien celles où le signal doit être sans faille. N’hésitez pas à nous contacter

4.Placez vos bornes en hauteur

Enfin les bornes wifi devront être placées en hauteur mais pas trop, 2,80m à 3m afin d’avoir une couverture à la fois optimale, le signal wifi décrivant sur la majorité des bornes wifi une sphère (signal omnidirectionnel) tout en restant accessible en cas de contrôle à effectuer ou de changement de matériel wifi.

Il ne faut en aucun cas poser au sol les bornes wifi ou même les ranger dans un placard pour les rendre discrètes. Eventuellement placer votre borne dans un faux plafond, après une étude de couverture (expliquée plus bas), peut convenir. Les bornes doivent être fixées au mur ou sur un rail de faux plafond pour une diffusion optimale à environ 2,50m à 3m de hauteur.

Dans un atelier mécanique avec, mettons 3 ponts élévateurs en parallèle, nous pourrions donc préconiser pour les accès valises de diagnostic, une borne wifi entre chaque pont élévateur, ce qui donnerait 3 à 4 bornes wifi en fonction de la disposition de l’atelier mécaniques et des besoins de connectivité des valises de diagnostics.

5. Attention aux interférences

La bande de fréquence 2,4 Ghz est celle qui historiquement est la plus répandue en WiFi, elle permet une émission théorique à 100 m de distance et la bande est partagée entre 13 canaux. Elle présente un avantage, c’est que les récepteurs (tablettes, valises, outils digitaux) sont forcément compatibles avec cette fréquence. Les puissances d’émissions sont également limitées sur le plan sanitaire, donc finalement tous les acteurs qui vont émettre vont jouer sur un même stade des parties différentes. Seul, il pourra jouer son match de foot sur le terrain entier, à deux, ils joueront sur des moitiés de terrain, à trois c’est un peu la limite, le terrain sera encore divisé, ensuite ça devient un peu le cafouillage, chaque équipe de joueur gênant les autres dans leurs matchs. Multiplier les box wifi revient donc à multiplier les équipes jouant sur un même stade. Attention, cela est sans compter les invités surprises comme les imprimantes multifonctions qui sont livrées avec le wifi ON et viennent donc s’inviter dans le match de foot ou même les voisins dont les box internet diffusent également du wifi par défaut (ou pas) et viennent aussi s’inviter dans la partie. Plus on est de fous, moins il y a de riz à la fin !

Pour cela, les ingénieurs WiFi ont inventé le 5Ghz. Sur cette fréquence, la bande est plus étalée, ou pour continuer sur ma précédente image, il y a plusieurs stades de foot les uns derrières les autres. Donc plus de matchs peuvent se tenir dans de bonnes conditions en simultanée. Petite précision quand même, la distance d’émission est de 10m max théorique, au lieu des 100m du 2,4Ghz. On ne peut pas gagner sur tous les tableaux non plus ! C’est un wifi où finalement il ne faut pas être trop loin de la borne wifi ou du hotspot et il ne faut pas trop bouger non plus, sinon ça va couper-marcher-couper-marcher etc. Dans le secteur de la réparation et de la distribution automobile, nous conseillons le 5Ghz surtout pour la salle des rapports, salles de réunions ou les bureaux, pas pour les ateliers pour les équipements mobiles comme une valise de diagnostic. Le 2,4 Ghz est dans ces cas indispensable. Pour une cabine de peinture, normalement statique (sinon c’est que la terre tremble ☺ ), le 5Ghz peut être pertinent ponctuellement. 

Encore deux petits points sur ces fréquences, le 5Ghz permet un débit environ deux fois supérieur au 2,4Ghz, c’est donc un point qu’il faudra prendre en compte en fonction des utilisations visées. Mais en retour, le 2,4Ghz passe mieux les obstacles que le 5Ghz, le signal wifi est un signal électromagnétique très fragile qui s’atténue rapidement. 

C’est également un point à prendre en compte en fonctions des ateliers mécaniques ou atelier carrosserie où  votre hotspot (borne wifi) et vos wifi controller (controleur wifi)  seront installés. Vous trouverez un article détaillé sur les différences de fréquences 2.4Ghz/5Ghz ici.

Lors de nos audits de couverture de garages et de concessions – réparateurs ou distributeurs automobile – avant implantation, le point des interférences et un élément essentiel que nous regardons en priorité et en profondeur qui peut réserver de nombreuses surprises et il est souvent utile de faire des heatmap SIR (signal-to-interference ratio = signal sur interférences) afin d’anticiper ce que ce que les anglo-saxons appellent le troubleshooting overlapping channels et non pas seulement des heatmap SNR (signal-to-noise ratio = signal sur bruit). L’analyse du SNR suffisait il y a encore quelques années mais est devenu insuffisant avec la multiplication anarchique des bornes wifi un peu partout.

6. Supprimer les accès imprimantes

De nos jours, les imprimantes possèdent un accès wifi, afin de faciliter l’expérience utilisateur. Dans un cadre professionnel, où les utilisateurs sont toujours les mêmes, cette fonctionnalité n’est pas indispensable, et la multiplication des périphériques émetteurs malmènent votre réseau. Notre conseil est de purement et simplement les déconnecter de votre réseau, afin de ne pas le surcharger, comme expliqué ci-dessus. Vous ne verrez peut-être pas la différence immédiatement, mais lorsque de nombreux téléphones activent leur partage de connexion, et leur bluetooth, ce qui peut arriver dans un atelier, votre, ou vos imprimantes pourraient être juste le trop plein qui rend votre WIFI défaillant. Et comme un professionnel ne peut pas se permettre une rupture de service, les clients étant de plus en plus exigeant, nous pensons chez Citypassenger, que c’est un gadget dont on peut se passer. N’oubliez pas l’image du stade de foot, plus il y a d’équipe sur un même stade, moins il y a de place pour jouer.

7. La heatmap

La heatmap est un outil puissant utilisé pour étudier les portée Wifi. Elle permet de visualiser à l’aide d’une palette de couleur la qualité de la couverture.

Dans notre cadre d’utilisation, nous souhaitons visualiser la qualité du réseau wifi dans chaque partie de votre atelier. 

La heatmap est donc un plan de l’atelier avec un dégradé de couleur, les zones claires correspondent à une absence de connectivité, les zones foncées correspondent à un Wifi optimal.
En analysant la heatmap, vous pourrez déterminer les obstacles les plus discriminants pour votre signal et ainsi décider d’un changement de localisation de vos appareils afin de les éviter, par exemple un aquarium, l’eau ne laissant pas passer du tout les ondes wifi. Elle peut aussi révéler les interférences liées aux appareils émettant sur la même fréquence, lorsqu’il n’y a pas de raison physique visible à une zone moins bien connecté, la raison se trouve dans le domaine invisible, comme expliqué au chapitre 5 et 6.

Il se peut aussi que votre heatmap révèle une impossibilité géométrique d’obtenir un wifi acceptable partout, il faudra dans ce cas réfléchir à une autre solution et probablement ajouter des bornes. 

Dans notre métier, la heatmap permet un diagnostic préalable rapide et permet de confirmer la présence d’obstacle insurmontable pour le signal wifi, il est l’outil principal de l’étude de couverture, qui permet d’installer, une bonne fois pour toute, les équipements pour votre exploitation.
Cependant, nul besoin d’être un installateur afin d’obtenir cet outil, il existe des techniques, ainsi que des outils pour la réaliser par vos soins. 

Faire sa heatmap soi-même ?

De nombreuses applications existent afin de faire sa propre heatmap, soit sur ordinateur, soit directement sur votre téléphone. Le fonctionnement est simple, votre appareil va interroger le réseau toutes les 5s, et indiquer sur une carte que vous aurez préalablement chargé, la qualité du Wifi. Vous pouvez trouver un plan de votre atelier en prenant en photo les plans de secours. Marchez simplement dans la zone que vous voulez diagnostiquer, et l’application s’occupera de faire la carte. 

Par exemple, l’application smartphone Wifi Heatmap ( insérer un lien) possède une interface utilisateur très simple.

Pour une utilisation sur ordinateur, Network Performance Monitor de SolarWind ( un lien ici ) possède une démo fonctionnelle de trente jours, ce qui suffit largement à faire votre diagnostic Wifi vous-même.

Bonus Supprimer les bornes inutiles

Grâce à cet outil, vous pouvez aussi essayer de débrancher les bornes une à une afin de vérifier la qualité de la connexion. Vous vous rendrez peut-être compte que certaines bornes ne servent à rien, car bien qu’elles puissent améliorer le réseau dans certains endroits éloignés, elles rajoutent aussi des interférences dans les zones denses de votre atelier, ce qui peut être finalement plus dommageable pour votre installation. Comme dise les anglais, « Less is More ».

Conclusion

Votre réseau wifi est beaucoup plus simple que de nombreuses choses avec lesquelles vous interagissez quotidiennement, pour la simple raison qu’il obéit à des lois physiques. Comme la pomme de Newton, il suit des règles que nous comprenons parfaitement, et avec quelques conseils, vous pouvez optimiser son fonctionnement rapidement. 

Voir aussi :

7 astuces pour résoudre ses problèmes de connexion wifi